Classiques ou Agiles en gestion de projet

Bonjour à tous !

Petit article sur les méthodes de gestion de projet. J’écris cet article afin de partager avec vous mon avis et mon expérience.

Depuis toujours, les projets sont gérés avec la méthode dite « classique » qui se caractérise par recueillir les besoins, définir le produit, le développer et le tester avant de le livrer. Il s’agit ici de prévoir des phases séquentielles où il faut valider l’étape précédente pour passer à la suivante. Le chef de projet doit alors s’engager sur un planning précis de réalisation du projet en prévoyant des jalons de débuts et fins de phases ainsi que les tâches à effectuer.

Le mouvement des méthodes agiles a commencé en 2001 aux Etats-Unis. Ce rassemblement a donné naissance à un Manifeste définissant quatre valeurs :

  • Les individus et leurs interactions avant les processus et les outils
  • Des fonctionnalités opérationnelles avant la documentation
  • Collaboration avec le client plutôt que contractualisation des relations
  • Acceptation du changement plutôt que conformité aux plans

En 2012, le cabinet Gartner a d’ailleurs invité les chefs de projets à abandonner complètement le Cycle en V des méthodes classiques.

Les méthodes classiques, demandent au chef de projet d’être très précis et d’avoir été excellent dans le travail “recueil des besoins”. Comme l’indiquent ces méthodes, le recueil des besoins se fait en tout début de projet et n’est pas censé évoluer tout au long du projet. Idem pour les phases suivantes qui sont : Analyse des besoins et définition et conception des solutions.

Ceci limite beaucoup l’évolution du projet pendant son déroulement et augmente ainsi le risque de se planter !

Cependant, il y a un des principes issu du modèle “en cascade” (méthode classique) qui est très important et qu’il faut garder en tête :

On ne peut pas construire la toiture avant les fondations.

Les méthodes agiles utilisent un principe de développement itératif qui consiste à découper le
projet en plusieurs étapes qu’on appelle « itérations ».

Le but est d’assumer le fait que l’on ne peut pas tout connaître et anticiper quel que soit notre
expérience. On découpe alors le projet en itérations plutôt que de tout prévoir et planifier en
sachant que des imprévus arriveront en cours de route.

Dans les méthodes agiles, on accepte le fait qu’on puisse se tromper et que des imprévus arriveront forcément !

De plus les méthodes agiles utilisent beaucoup le principe propulsé par William Edwards Deming sur l’amélioration continue (Cf ‘Roue de Deming’).

Les avantages des méthodes agiles sont essentiellement :

  • Meilleure qualité de la communication : L’utilisateur à la possibilité de clarifier ses exigences au fur et à mesure
  • Meilleure visibilité : Le client a eu meilleure visibilité sur l’avancement des travaux
  • Meilleur contrôle de la qualité : les tests sont effectués en continu
  • Meilleure détection des risques : Les risques sont détectés plus tôt
  • Motivation et confiance de l’équipe : Satisfaction d’atteindre un objectif fixé
  • Contrôle des coûts : le projet peut être arrêté s’il n’y a plus de budget

Cependant malgré toutes ces avantages, ces méthodes impliquent des contraintes :

  • Disponibilité de la Maitrise Ouvrage (MOA) :
    • Les méthodes agiles requièrent une grande disponibilité de la part du client. Il
      doit participer aux réunions de lancement de chaque sprint
  • Communication intense entre les membres de l’équipe :
    • Les méthodes agiles requièrent une communication orale accrue entre les membres de l’équipe qui doivent être dans le plus proche possible en terme géographique. Le mieux étant de travailler dans le même bureau.
  • Eviter la documentation multiple :
    • En effet, l’un des principes des méthodes agiles est de préférer la communication et la collaboration plutôt que des documents écrits. Cela peut poser problème dans certains type de projets ou entreprises.

Et n’oubliez pas, soyez agiles !! 🙂 Agiles dans le fait d’utiliser ces méthodes mais aussi dans leurs utilisation ! En effet les méthodes agiles sont faites pour être adaptés à chaque projet et/ou environnement. Chaque méthode (Kanban, Scrum,…) ne vous donne que des “best pratices” et des conseils mais ce n’est en rien des obligations qu’il faut absolument suivre !

N’hésitez pas à partager votre avis et commenter cet article !

_____________________

A bientôt sur bidouilleit.com !

– Bruno Sousa –

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someoneDigg thisShare on StumbleUponShare on LinkedInPin on PinterestPrint this page

2 réponses

  1. les méthodes agiles ont sans doute de très grandes avantages par rapport aux méthodes classiques, mais ils ont quand même un inconvénient de poids: on n’a pas une estimation des coûts fiable au début du projet et cela, malheureusement est un frein pour les décideurs et les sponsors…et si la solution était entre les deux approches?
    • Effectivement, je comprends ton point de vue.
      Normalement quand tu gére un projet avec l’application des méthodes agiles, y a 3 paramètres auquels le projet va se fixer…
      – COUT (FIXE)
      – DELAIS (FIXE)
      – FONCTIONS (VARIABLE)

      Le but est de se fixer le cout/budget ainsi que les délais.. Ensuite on adapte le nombre de fonctionnalités à développer.
      Dans un projet classique, on passe souvent beaucoup de temps et d’argent à developper des fonctionnalités qui seront pas utilisées.
      C’est la loi de pareto “80% du temps passé sur le projet sont consacrés à 20% des tâches (trop souvent des détails).

      Merci pour ton commentaire et pour ton échange.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *